Cigarette électronique effets santé

Cigarette électronique : les effets de ses composants sur la santé

Pour produire de la vapeur, la cigarette électronique fait appel à un système bien roué. Elle dispose d’une batterie ou des accus pour délivrer de l’électricité, d’une résistance composée d’un fil résistif enroulé autour d’une bobine pour pouvoir se réchauffer, d’un clearomiseur pour contenir le réservoir d’e-liquide et la cheminée qui véhicule la vapeur produite à ce niveau et d’un embout buccal pour extraire la vapeur aromatisée. Chaque élément joue un rôle majeur, mais sait-on quels sont leurs effets sur la santé ? Voyons chaque élément !

Le clearomiseur

Le clearomiseur, c’est la partie de l’e-cigarette qui contient la résistance (fil résistif + mèche) et le réservoir d’e-liquide. C’est donc la zone qui va être réchauffée pour permettre l’évaporation. En tant que tel, trouver le meilleur clearomiseur déternicotinemine la saveur de la vapeur dégagée et pour cause : la température transmise à la résistance par le biais de la batterie va permettre une bonne ou une mauvaise évaporation de l’e-liquide.

Si tous les éléments qui le composent sont bien entretenus, cet élément reste inoffensif pour la santé. Il faut donc veiller à ce que la résistance gère bien l’électricité qui lui est fournie par la batterie et vérifier que la mèche soit toujours bien humidifiée. Si cette dernière se dessèche à cause d’un niveau trop bas d’e-liquide, elle risque de générer un goût de brûlé lorsque l’e-cigarette est enclenchée. Et si la température de chauffe est élevée, la mèche peut chauffer un peu trop et produire du monoxyde de carbone et des particules fines.

La batterie ou les accus

Ces éléments sont responsables de la production de vapeur. Sur le marché, on en trouve sous différents formats et sous diverses puissances. Il est important de choisir un dispositif disposant de la fonctionnalité contrôle de température. Cela vous permettra de programmer la température de chauffe en fonction de la consistance de votre e-liquide.

Il faut comprendre que certains e-liquides ont besoin d’une température plus élevée que d’autres en fonction de leurs composants. C’est notamment le cas des e-liquides 100 % glycérine végétale ou dont la teneur en glycérine végétale est supérieure à celle du propylène glycol. De ce fait, si la résistance est trop faible pour bien chauffer ce genre de liquide, le vapoteur ne pourra pas profiter pleinement de sa vape puisque la saveur sera très légère.

De même, si la résistance est trop puissance pour un e-liquide contenant plus de propylène glycol que de glycérine végétale, le liquide perdra sa saveur et il est même possible de ressentir un goût de brûlé en bouche.

La puissance et la température de chauffe ne doivent pas être trop élevées puisque si elles se rapprochent de la température de combustion, le dispositif peut produire du goudron et des particules fines. Rassurez-vous toutefois, entre la température de combustion qui avoisine les 800°C et la température de chauffe de l’e-liquide qui n’est pas censée dépasser les 300°C, il reste encore une grosse différence. L’avertissement s’adresse néanmoins aux petits bricoleurs amateurs de hit puissant et de vapeur chaude.

L’e-liquide

C’est un élément indispensable pour le bon fonctionnement de la cigarette électronique, car c’est de son évaporation que provient la vapeur inhalée par les vapoteurs. D’une vue générale, les ingrédients utilisés pour sa composition sont sains pour l’organisme puisqu’on utilise :

  • du propylène glycol
    de la glycérine végétale
    de l’eau

Les deux premiers ingrédients peuvent être à quantité égale ou non, mais ils sont souvent associés puisque si le premier permet d’avoir une saveur plus prononcée et un hit au niveau de la gorge, le second permet d’avoir plus de vapeur avec une saveur plus aérienne. De nos jours, certains e-liquides se composent seulement de glycérine végétale pour donner une vapeur plus sucrée, plus grasse, mais dont la saveur est plus légère. Dans tous les cas, si on se réfère à ces trois éléments, ils n’ont rien de dangereux pour la santé.

Toutefois, la majorité des liquides d’aujourd’hui intègre d’autres éléments auxquels il faut prêter attention. Il s’agit notamment de :

  • la nicotine : cette dernière n’occasionne aucun méfait sur l’organisme, mais elle peut être source de dépendance. Il est donc conseillé de se limiter à un taux modéré ou, si vous optez pour une teneur plus élevée, d’espacer les séances de vapotage. Dans tous les cas, il faut comprendre que la teneur de nicotine autorisée dans les e-liquides est très réglementée ceci afin de ne pas générer d’autres formes de dépendance. Il faut alors s’assurer que cela n’excède pas les 20 mg/ml.
  • l’alcool : certains e-liquides contiennent effectivement de l’alcool même si cela est assez rare. Pour cet ingrédient, assurez-vous que le taux ne dépasse pas le 1 %.

Si d’autres ingrédients comme des huiles sont précisés sur le flacon de vos e-liquides, mieux vaut opter pour d’autres formules, car ces dernières ne sont pas conseillées.

Post Author: Amélie

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *