pma cycliste

Cyclisme : comment déterminer sa PMA ?

Alors que les sportifs en général utilisent la VMA (vitesse maximale aérobie) pour déterminer leurs puissances maximales, dans le cyclisme c’est la PMA (puissance maximale aérobie) qui va définir la dépense d’énergie correspondant à la consommation maximale d’oxygène.

Les tests de terrain

Ces tests s’effectuent sur route ou home-trainer, il se présente comme une course contre la montre sur une durée définie, généralement cinq minutes à puissance maximale. Pour que le test soit optimisé le mieux possible, il doit être réalisé dans des conditions idéales. C’est-à-dire qu’il faut prévoir un échauffement intensif afin que le coureur soit mis à disposition pour réaliser le test à 100% pendant le temps indiqué. Afin de comparer minutieusement les tests auparavant exécutés, les conditions doivent être similaires à chaque foi, de plus pour que les résultats de la PMA soient en adéquation avec le test annuel organisé par la fédération française de cyclisme, le parcours doit être une ascension de pente moyenne d’environ 5 à 7%.

Le test d’effort en laboratoire médical ou centre médico sportif

Il est réalisé sur un cyclo-ergomètre avec des paliers qui augmentent de 25W toutes les deux minutes avec des appareils de mesure validés scientifiquement pour être une reproduction quasi parfaite du test sur route. Ce sont avec ses capteurs de puissance cycleops ou SRM que la puissance maximale anaérobie sera calculée, tout en déterminant sa VO² max grâce à un masque qui mesure les échanges gazeux de la respiration. Le seul avantage de test en laboratoire est que le vent, la pluie et la circulation ne gêneront pas le test et facilitera les conditions idéales pour le cycliste.

Post Author: Amélie

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *